Weepers Circus


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Bienvenue sur The Weepers Circus ! Le forum est désormais ouvert n'hésitez pas à vous inscrire,
prendre un PV attendu ou créer le votre !
♣️ Pour toute question, contactez nous dans la section Question/suggestions
♠️ IMPORTANT; Nous avons besoin de votre avis ici
♠️ IMPORTANT; Le forum recrute à nouveau ! Envoyez votre CV

Partagez
 

 [Megan] Let me in

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morgan K. Ó'Cathain
Morgan K. Ó'Cathain
▌Lettres postées : 184
▌Entrée achetée le : 10/09/2010
▌Crédit : Barda
▌Âge : 24 ans

Sur votre ticket
♣ Race: Humain
♦ Profession: Journaliste d'investigation
♣ Particularité: Légèrement télépathe
MessageSujet: [Megan] Let me in   [Megan] Let me in EmptySam 2 Oct - 16:02

[Megan] Let me in Kp2 [Megan] Let me in Jgl1
Megan & Morgan
Il paraît que quand on évite de se mêler à la foule, on est associable. Il paraît que quand un homme s'amuse à aller cherche ces mêmes associables, il s'apparente à un pervers. On trouvait facilement chez Morgan le second trait de caractère. Inutile de gratter bien longtemps sous le vernis du gentil garçon pour s'apercevoir qu'il était difficilement fréquentable. Quant à son associable du jour, elle se nommait Megan... Megan quelque chose. Megan ressemblait à Morgan. Au sens littéral et phonétique et on pouvait dire cela l'amusait. Puisque l'irlandais s'amusait d'un rien. Megan Morgan Megan Morgan. Une longue litanie qu'il se répétait sur le chemin menant au hameau, balançant sa tête de gauche à droite avec un air de pantin désarticulé sous le soleil écossais déjà haut. L'irlandais n'avait jamais aimé l'Ecosse. Il y faisait froid, humide... Il n'y avait guère que l'alcool pour rattraper la réputation de cette contrée inhospitalière à ses yeux. Cela dit, ceux de Lockerbie n'avaient malheureusement pas su le convaincre; Morgan avait eut beau faire la tournée des bars du coin, seul celui tenu par le couple Skinner lui avait paru potable. La ville lui paraissait d'un ennui profond et il ne s'étonnait plus guère de l'enthousiasme que manifestait chacun à l'égard du Weepers... Logique qu'ils se sentent importants avec l'arrivée du cirque, après avoir très certainement vécu plus d'une décade sans aucune animation, les citoyens ne devaient plus savoir où donner de la tête. On aguichait les clients, on repeignait les façades défraichies... Toute une ville qui s'activait pour un hôte dont certains ne voulaient même pas. D'ailleurs, l'état actuel des choses intriguait fortement Morgan. Pourquoi vouloir à tout prix mettre dehors une source de profit infinie à l'heure de la crise économique ? De nombreuses choses échappaient encore au journaliste. Il avait beau savoir s'insinuer dans les pensées de n'importe qui, quand il en ressentait le besoin, ce n'était pas ça qui l'aidait à comprendre le genre humain et encore moins les actes divers et contradictoires que ses congénères avait pris l'habitude de faire. En parlant de contradiction, Morgan trouvait son sujet d'étude du jour pour le moins en accord avec la ville. Etrange, hostile, charmante... Il l'avait croisé en ville, juste après son arrivée à Lockerbie, tandis qu'il trainait des pieds en allant chercher Skye à la rédaction. Très honnêtement, il est fort probable qu'il ne l'aurait pas repérée si son ennui n'avait pas été si profond. Simplement, lorsque ses yeux s'étaient posés sur elle, étrangement, lorsque ses pensées avait vaguement traversé les siennes,
le journaliste avait pensé qu'elle pourrait s'avérer un bon sujet pour débuter sa première série d'articles à Lockerbie. Le Times attendait beaucoup de lui. Du moins c'était ce qu'il voulait bien croire. Le jeune homme avait bien essayé d'aborder Megan, mais le premier contact ne s'était pas vraiment révélé chaleureux. Ni même concluant. Leur premier échange s'était borné à quelque chose comme Bonjour charmante demoiselle, je suis Morgan Ò'Cathain, journaliste du Times, je voudrais... Ecoutez Morgan, enchantée, Megan. Je n'ai pas le temps. D'ailleurs je ne suis pas certaine d'avoir de temps à vous consacrer dans l'absolu. Vous m'excuserez... Et elle l'avait laissé là, les bras ballants, avec pour seule information son prénom. Enfin... Peut-être que ce souvenir n'était pas si exact qu'il voulait bien le croire. Morgan avait toujours eut un certaine tendance à tout exagérer. Surtout concernant les femmes. Peut-être les trouvait-il plus aguichantes lorsqu'elles résistaient...

L'irlandais passa un doigt sur sa barbe naissante, un soupir léger soulevant les mèches de ses cheveux. Nom d'une bourrique... Que le hameau lui semblait loin finalement. Il foulait le chemin de terre le menant au quartier retiré depuis un peu plus d'un quart d'heure et ne semblait pas en voir la fin. Cela ne lui avait pas semblé si lointain lorsqu'il avait suivi Megan en pleine nuit... Les filatures nocturnes semblait toujours curieusement raccourcir les distances... Un nouveau soupir s'échappa de ses lèvres. De soulagement pour le coup, à la vue des premières bâtisses, puis un grommellement de désespoir lui succéda. Comment retrouver son chemin dans un dédale de petites venelles terreuses, sans connaître personne ? La réponse, pour Morgan, s'avéra bien simple. Il toqua à la première porte venue. Avec un peu de chance...
Voui ? Vous désirez jeune homme ?
Hum... Raté. Soit la susnommée Megan avait considérablement vieilli en peu de temps... Soit il n'avait pas bien regardé. Soit il avait traversé une faille temporelle en passant le pont menant au hameau... Ou, hypothèse nettement plus plausible, il s'était trompé de porte.
Hum, bonjour, veuillez m'excuser, je suis à la recherche d'une jeune femme... Assez mince, cheveux noirs, yeux bleus, pas très grande..., fit-il en mimant chaque caractéristique, des fois que la vieille soit légèrement dure de la feuille. Megan... Quelque chose.
Haaa ! La petite Megan !
Ha non, elle n'était pas sourde la grand-mère...
Elle habite trois maisons plus loin il me semble... Dans la maison de la mère McArthur... Ou peut-être McFayden...C'est une gentille fille, vous savez ? Très charmante, comme ma petite fille. Vous la connaissez ? Elle est...
Oui oui, j'aurais adoré discuter avec vous, mais je suis pressé... Le travail vous comprenez ? coupa-t-il, peu désireux d'entendre la pauvre femme lui raconter sa vie, qui avait sûrement été longue et palpitante par ailleurs.

Morgan agita la main, son carnet au bout du bras et adressa un dernier sourire à la grand-mère avant de s'engouffrer vers la maison de Megan. Trois coups furent tapés et il se para de son plus étincelant sourire. Il sentait une certaine pensée, vague et distante au sein de la bâtisse.
Megan ? Je sais que vous êtes là... C'est Morgan. J'aurais quelques questions... Est-ce que vous auriez du temps à m'accorder ?
Ben quoi ? La politesse devait être de rigueur. Le journaliste n'avait guère envie qu'elle lui referme la porte sur le nez... Sans compter qu'il aimerait volontiers s'inviter chez elle. Non pas pour... heum ! Non, plus pour échapper à Skye, aux Skinner qui augmentaient la facture de sa chambre... Tout un tas de choses en somme.
Saviez-vous que le Cirque allait lever le camp ?
Chaste mensonge que celui-ci mais il aurait peut-être le mérite de la faire réagir. Morgan connaissait bien sûr l'intérêt que tout un chacun portait à la troupe et annoncer son départ pourrait sûrement susciter une réaction chez n'importe qui. Heureuse ou malheureuse d'ailleurs. Il provoquerait peut-être une fausse joie ou une profonde déception mais il provoquerait.
J'aurais aimé savoir ce que vous en pensiez, de ce cirque... Allez, ouvrez-moi quoi !


[Megan] Let me in 395824 [Megan] Let me in 395824 [Megan] Let me in 20
Revenir en haut Aller en bas
Megan E. Jones
Megan E. Jones
▌Lettres postées : 58
▌Entrée achetée le : 21/09/2010
▌Âge : 23

Sur votre ticket
♣ Race: Hybride
♦ Profession: Professeur de musique
♣ Particularité: Oreille musicale, excelle en piano, violon et guitare.
MessageSujet: Re: [Megan] Let me in   [Megan] Let me in EmptySam 2 Oct - 21:30

Megan se faisait petit à petit à la ville. Quand même, quelle étrange idée avait-elle eu de partir ainsi, presque à l'aveuglette, quittant sa soeur, sa grand-mère, son cocon familial pour ainsi dire. La jeune femme avait tout simplement senti qu'il fallait qu'elle parte, qu'elle prenne un nouveau départ, qu'elle utilise ce droit à la liberté qu'elle avait, en tant que femme adulte mure, sage, réfléchie et responsable. Toute sa vie, Megan avait attendu d'en savoir plus sur son cas. Elle savait bien évidemment qu'elle n'était pas "normale" pour ainsi dire. Posséder les capacités mentales et physiques de se transformer en animal, cela sortait du commun des mortels. Elle pourrait tout aussi bien renier cette part d'elle-même, car après tout, elle ne méprend pas tout son être, elle n'est pas dérangeante à proprement parler… Mais Megan a toujours été à la recherche de la moindre originalité. Elle se plait dans la simplicité des choses mais recherche toujours les petites choses qui la différencierait des autres. Et bien elle n'avait jamais eu de difficulté à l'avoir, cette… énorme différence, à vrai dire. Vous pourriez aussi vous demander de quelle manière elle pouvait bien utiliser ce don ? Je vous dirais alors, que la petite Megan n'en a jamais usé à outrance. Pour être honnête, elle ne s'est pas transformée plus d'une quarantaine de fois depuis sa première expérience, j'imagine. Etalez donc cela sur onze ans, vous voyez ainsi que la belle Jones n'est pas une grande gourmande de métamorphose. Cependant, il faut bien avouer que cela peut parfois être excitant. Lorsqu'elle s'amusait avec sa soeur, lorsqu'elle se sentait si énervée, ou alors trahie, ou encore perdue dans ses émotions, elle se laissait souvent aller… et c'était dans ces cas là bien plus simple pour se transformer, cela lui demandait beaucoup moins de concentration que d'ordinaire. Hm, oui, c'est un phénomène bien étrange quand même. Le mot "surnaturel" a forcément sa place dans le cas de la jeune Jones. Même si ses parents n'y sont évidement pas du tout pour rien. Ce sont eux qui ont titillé la science encore novice dans ce domaine à l'époque pour avoir cette enfant d'une façon bien peu commune. Et lorsque Megan était née, elle avait pu ressentir un désir de maternité aussi énorme que n'importe quel autre mère l'aurait fait ressentir à son nouveau-né. Il y avait même un petit quelque chose en plus… ces petits détails que la fillette découvrirait quelques années plus tard, en se transformant pour la première fois… puis qu'elle comprendrait onze ans plus tard encore, sous les yeux ébahis de sa soeur Coleen. La jeune femme possédait même quelques capacités assez étranges. Tout ce qui relevait de l'instinct, comme par exemple se souvenir d'une odeur, d'une sensation, le sens de l'orientation, le gout… Tout cela, elle avait le pouvoir de les maitriser bien mieux que certaines autres personnes. Mais elle ne s'était jamais vraiment rendue compte de cette différence, évidemment…

Ce qui l'avait attirée à Lockerbie, c'était déjà l'ambiance qui y régnait. Sa grand-mère, d'une nature assez semblable à la sienne, avait toujours vantée cette petite ville, où elle était déjà venue voir une de ses amies… Ensuite, lorsque Megan apprit que la fameuse troupe Weepers y passait, elle se dit que ce serait un moyen d'animation assez fort.. Mais sa grand-mère Katherine, qui avait mise au courant encore une fois Megan de la troupe, lui avait dit que des choses bien étranges se passaient avec eux. Que ce n'était pas une équipe ordinaire. Qu'elle serait enchantée, surement, si elle prenait le temps de gouter à l'environnement du cirque. Megan ainsi n'avait pu retenir son départ…

Ainsi, ses premiers jours à Lockerbie s'étaient globalement bien déroulés. Elle avait fait brièvement la connaissance de quelques personnes, en particulier ses voisins. C'était la plupart du temps des gens âgés, veuves en particulier. D'une nature patiente, attentive, et d'autant plus que Megan avait toujours été aux petits soins avec sa grande mère Katherine, elle avait accepté avec plaisir la présence de ses vieilles femmes chez elle, voire parfois elle se déplaçait chez elles, pour y boire un petit café. Et c'est ainsi qu'elle écoutait silencieusement la vie si routinière de ces vieilles femmes, attentives au moindre nouvel événement du quartier, et au courant de tous les potins du voisinage. Seraient-elle d'un quelconque danger pour elle et son secret ? Pas si elle prenait toutes ses précautions, mais Megan était bien du genre discrète de toute manière… L'un des premiers jours, elle avait aussi fait la rencontre -si je puis dire- d'un homme journaliste, avide d'informations visiblement. Il s'était vaguement présenté et lui avait demandé de lui consacrer son temps… Comprenez bien que Megan n'est pas le genre de femme à répondre sans réserve à des personnes curieuses de ce genre, peu importe son métier. Alors elle avait plus ou moins poliment rejeté la proposition de… ah, Morgan, en s'excusant. Elle avait pris cela pour un adieu, ne pensant pas un jour le revoir, mais elle s'était bien trompée.

Megan jouait au piano, lentement, en "piano" ce qui signifiait à juste titre doucement, pas très fort. Elle caressait les touches usées et brunies du magnifique piano de la vieille propriétaire, en enchainant les accords, tous aussi mélodieux les uns que les autres. Les yeux fermés, Megan s'animait au son du piano, son corps se mouvait en fonction des tempos et des mélodies. Elle se laissait littéralement transportée par la magie de la musique, comme à son habitude. Et soudainement, brusquement, elle sortit de ses songes et revint à la réalité, ôtant ses mains de l'instrument. On venait de frapper à sa porte. Pensant que c'était une des vieilles voisines, elle se leva de suite pour aller ouvrir, mais elle s'arrêta net lorsqu'elle entendit une voix étrangère, enfin pas tant que ça…

MORGAN- Megan ? Je sais que vous êtes là... C'est Morgan. J'aurais quelques questions... Est-ce que vous auriez du temps à m'accorder ?

Encore ce malotru de Morgan… Megan leva les yeux au ciel en baissant les bras. Ne pouvait-il donc pas la laisser tranquille ? Il avait flashé sur elle ou quoi ? Oh, c'est probablement son côté antipathique de l'autre jour qui l'avait attiré…. Quelle malchance. Megan ne bougea pas d'un pouce. Oh ! Bien sur, elle avait du temps à lui accorder, énoooormément de temps même, mais en avait-elle seulement envie, vous devinez aisément la réponse à cette question.

MORGAN- Saviez-vous que le Cirque allait lever le camp ?

Quoi ? C'est quoi cette blague ? Ce cirque était l'une des raisons de son arrivée ici et ce bougre prétendait qu'il levait le camp ? Megan n'y croyait pas, il devait avoir de mauvaises sources, c'était impossible qu'ils partent, pas si tôt. La jeune femme mit ses mains sur ses hanches et attendit, presque un léger sourire aux lèvres, la prochaine remarque du bonhomme, prouvant ainsi encore sa véritable ambition de voir une porte s'ouvrir.

MORGAN- J'aurais aimé savoir ce que vous en pensiez, de ce cirque... Allez, ouvrez-moi quoi !

Oui, voilà. Il usait de ses talents de journaliste magouilleur pour la convaincre à ouvrir la porte, et surtout pour savoir ce qu'elle pensait de cette troupe… En quoi son avis là dessus pouvait bien importer ? Elle n'était apparemment pas la seule à trouver une quelconque intérêt "hors" du commun à la troupe Weepers. Megan imaginait bien Morgan attendre impatiemment devant la portant, avec les yeux roulants. Elle n'était qu'à quelques mètres de lui et se languissait de le faire attendre. Remarquant, grâce à une ouïe très fine, qu'il ne partait toujours pas, elle finit par aller vers la porte, et l'ouvrir, juste un tout petit peu, de sorte qu'il puisse voir son regard bleu, percutant, le fixant.

MEGAN - Eh, je me disais juste. Vous pourriez pas aller harceler quelqu'un d'autre un peu ? Pas que je sois du style ultra antipathique, en général, mais je tiens à ma tranquillité. Et vous, avec vos questions sur ce cirque, vous m'embêtez. Ne vous inquiétez pas, il y a plein d'autres jeunes femmes dans mon genre dans la ville. Passez juste les prochaines maisons, là, dit-elle en pointant du doigt les maisons des vieilles veuves, vous risqueriez d'être déçu.

Et sur ce, elle lui adressa un grand sourire sourire et ferma la porte. Elle, avoir du répondant ? Non….
Revenir en haut Aller en bas
Morgan K. Ó'Cathain
Morgan K. Ó'Cathain
▌Lettres postées : 184
▌Entrée achetée le : 10/09/2010
▌Crédit : Barda
▌Âge : 24 ans

Sur votre ticket
♣ Race: Humain
♦ Profession: Journaliste d'investigation
♣ Particularité: Légèrement télépathe
MessageSujet: Re: [Megan] Let me in   [Megan] Let me in EmptyDim 17 Oct - 14:49

La porte s'était ouverte, laissant entrevoir un oeil bleu azur le dévisageant. Une certaine vague de satisfaction avait envahi le jeune journaliste, pour retomber aussi vite qu'un soufflé mal préparé.
▬ Eh, je me disais juste. Vous pourriez pas aller harceler quelqu'un d'autre un peu ? Pas que je sois du style ultra antipathique, en général, mais je tiens à ma tranquillité. Et vous, avec vos questions sur ce cirque, vous m'embêtez. Ne vous inquiétez pas, il y a plein d'autres jeunes femmes dans mon genre dans la ville. Passez juste les prochaines maisons, là, vous risqueriez d'être déçu.
C'est une gentille vous vous savez, avait babillé la vieille toute à l'heure. Tu parles ! Un vrai pitbull cette fille. Finalement, il aurait peut-être dû changer de technique d'approche... Ca ne marchait qu'avec les vraies filles, le coup du "Bonjour jolie donzelle, je suis journaliste au Times et vous êtes tellement jolie que je n'ai pu que venir à vous pour une interview." Ouais, eh bien Megan ne devait pas être de celles-là. L'irlandais songea que cela faisait beaucoup de jeunes femmes récalcitrantes pour une seule ville. Il haussa simplement les épaules, après tout, il en avait vu des biens pires... Comme cette femme à Bristol, tenancière assez effrayante d'un bar malfamé et pourtant l'une de ses meilleures informatrices concernant les affaires des bas-fonds. A moins que ce ne soit un homme... Bref. Le journaliste retint un vague soupir de lassitude. Ne jamais se laisser abattre. Telle était l'une des règles les plus importantes. S'il avait rebroussé chemin à chacune des portes qui se fermaient à lui, il y a fort à parier qu'il serait encore coincé dans son école catholique au beau milieu de l'Irlande, près de Limerick, encore en train d'accrocher des caleçons aux portes des curés. Ou pire... Il serait peut-être même devenu curé. Cette seule pensée fit frissonner l'irlandais. L'horreur.
▬ Là tout de suite, en embêter d'autres ? Non, pas vraiment. Vous n'avez pas répondu à mes questions. Le monde a le droit de savoir mademoiselle. Votre avis m'intéresse. Et vous m'excuserez... Ou non, mais des jeunes femmes qui s'enfuient lorsque je les aborde, non seulement c'est suspect, mais ça a le don d'attiser ma curiosité. Alors non, je n'irais pas voir vos vieilles voisines, c'est à peine si elles sont au courant pour le Weepers. Vous pensez... Elles sont encore coincée dans la Ders des ders... Allons bon. Quant à savoir si vous êtes d'un naturel antipathique... Honnêtement, je n'ai pas matière à comparer. Se décida-t-il finalement à répliquer.
Doucement, le jeune homme sonda la jeune femme, abaissant les barrières qu'il s'imposait habituellement. Il n'y avait aucun mal à faire quelques investigations... Cela dit, il ne trouva pas grand chose. Quelques notes de piano flottant au vent, du heu... du lait. Et de la musique. Rien qui ne l'intéresse vraiment finalement. D'ailleurs, en elle-même, la jeune femme n'avait guère d'intérêt journalistique. Morgan haussa les épaules et rangea son carnet. Après tout, la vie serait d'un ennui prodigieux si toutes ses cibles se livraient à lui aussi facilement. Alors il fallait mentir, changer d'approche, jouer les traumatisés... Tant de rôles à endosser qui conduisaient Morgan à se demander pourquoi il n'avait pas finalement embrassé la carrière d'acteur. Par pure fuite des responsabilités peut-être... Par peur d'être jugé pour ses performances... En tant que journaliste, au moins, il n'était plus objet mais sujet de l'observation, constat qui n'était pas pour lui déplaire, finalement... Nouveau coups sur la massive porte en bois. Si elle croyait se débarrasser de lui en le fusillant du regard, c'était raté. Plutôt bien raté même. Ho, il s'amusait bien trop à sentir les pensées de Megan s'emmêler dans un flou chaotique pour avoir envie de tourner les talons. Cette demoiselle n'était pas là par hasard. Tout le monde avait une raison d'arriver à Lockerbie finalement... Et qu'importe que sa nature soit bonne, mauvaise ou même tout à fait quelconque, l'irlandais avait toujours cette soif de savoir curieuse et tenace, comme une tâche de graisse dont il n'avait aucune envie de se débarrasser.
▬ Bon d'accord., Commença-t-il. Voilà, j'ai rangé mon calepin. Vous êtes contente ? Maintenant auriez vous l'amabilité de me laisser entrer ? Ou de discuter un instant dans un café quelconque ? Vous savez qu'il fait froid dehors n'est-ce pas ? Oui vous le savez, vous êtes sadique au fond... Ho, je sais que vous pensez quelque chose comme "Si vous pouviez mourir de froid, ça m'arrangerais.". Mais je n'ai pas vraiment l'intention de me plier à cette volonté... Ce serait stupide. Bref. Si nous repartions sur de bonnes bases non ? Et oui, je l'avoue, jsuis pas journaliste. Comment ça "Mensonge" ? Mais cette profession a de quoi me séduire vous voyez ? Parfois, on ment un peu pour avoir l'air intéressant. Je suis faible par certains côtés, je l'avoue... Faible et menteur s'était-il retenu d'ajouter. Si je vous invite pour boire un thé, vous accepteriez ? Ou alors invitez moi chez vous... Les Skinner, un couple fort charmant cela dit, m'ont... disons... légèrement mis à la porte pour la soirée... conclut-il, l'air penaud. Ce qui n'était pas vraiment un mensonge, d'ailleurs... Disons que l'irlandais avait préféré vider les lieux avant que les tenanciers ne s'aperçoivent qu'il avait légèrement mis le feu aux rideaux en tentant une expérience des plus stupides... Donc dans un sens... L'affirmation était aux frontières de la pure vérité.


[Megan] Let me in 395824 [Megan] Let me in 395824 [Megan] Let me in 20
Revenir en haut Aller en bas
Megan E. Jones
Megan E. Jones
▌Lettres postées : 58
▌Entrée achetée le : 21/09/2010
▌Âge : 23

Sur votre ticket
♣ Race: Hybride
♦ Profession: Professeur de musique
♣ Particularité: Oreille musicale, excelle en piano, violon et guitare.
MessageSujet: Re: [Megan] Let me in   [Megan] Let me in EmptyMer 20 Oct - 13:55

Bon, OK, Megan n'avait pas fait preuve d'une grande délicatesse à l'égard de ce journaliste en l'envoyer bouler de cette façon. Mais la manière avec laquelle il venait de l'aborder n'était guère plaisante pour elle. Elle venait à peine d'arriver dans ce petit village, certes pour ce fameux cirque, mais aussi et surtout pour sa tranquillité, et elle se faisait déjà assaillir, que dis-je, mitrailler de questions à propos de ce cirque. Alors ça, c'était pas dans le contrat, je proteste ! Elle avait entrouvert la porte et lui avait dit d'aller déranger quelqu'un d'autre avec son boulot inquisiteur. Peu importe ce qu'il pourrait bien penser d'elle après qu'elle ait fermé la porte. Elle s'en fichait pas mal, de ce type, et elle ne parvenait pas à comprendre pourquoi il s'intéressait autant à son cas. Pourquoi il venait récupérer des questions chez elle, alors qu'elle venait d'arriver. Non franchement, elle n'était définitivement pas la bonne personne. Puis ce prétexte, que le cirque allait lever le camp, allez savoir pourquoi, mais derechef, elle n'y crut pas. Peut-être son instinct qui refaisait surface… En parlant d'instinct, ça ne vous étonnerait pas si je vous disais qu'au lieu de repartir vaguer à ses occupations, Megan se contenta d'aller mettre en marche le vieux poste de musique de la propriétaire et ensuite de retourner s'asseoir sur la première marche qui menait au premier étage, l'escalier se trouvait tout de suite à droite, à l'entrée. Curieuse Megan. Le journaliste serait peut-être un peu moins tenace en entendant la mélodie du piano. Posant son visage dans ses mains, elle attendit d'entendre les pas du jeune homme. Mais elle n'entendit rien ; apparemment, il ne voulait pas partir. Elle attendit bien une bonne dizaine de secondes, et après un vague roulement d'yeux en l'air, la brunette reconnut enfin la voix de Morgan.

MORGAN - Là tout de suite, en embêter d'autres ? Non, pas vraiment. Vous n'avez pas répondu à mes questions. Le monde a le droit de savoir mademoiselle. Votre avis m'intéresse. Et vous m'excuserez... Ou non, mais des jeunes femmes qui s'enfuient lorsque je les aborde, non seulement c'est suspect, mais ça a le don d'attiser ma curiosité. Alors non, je n'irais pas voir vos vieilles voisines, c'est à peine si elles sont au courant pour le Weepers. Vous pensez... Elles sont encore coincée dans la Ders des ders... Allons bon. Quant à savoir si vous êtes d'un naturel antipathique... Honnêtement, je n'ai pas matière à comparer.

Collée, contre le mur, Megan sourit. Il était tenace, elle appréciait ce trait de caractère le plus souvent chez les gens. Sauf aujourd'hui, quoi que, ça l'amusait, finalement. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle répondit à Morgan. Elle faisait tourner les quelques perles de son bracelet autour de son poignée tout en chantonnant doucement sur la mélodie qui passait. Elle fut bientôt surprise par un coup sur la porte en bois de l'entrée.

MORGAN - Bon d'accord. Voilà, j'ai rangé mon calepin. Vous êtes contente ? Maintenant auriez vous l'amabilité de me laisser entrer ? Ou de discuter un instant dans un café quelconque ? Vous savez qu'il fait froid dehors n'est-ce pas ? Oui vous le savez, vous êtes sadique au fond... Ho, je sais que vous pensez quelque chose comme "Si vous pouviez mourir de froid, ça m'arrangerais.". Mais je n'ai pas vraiment l'intention de me plier à cette volonté... Ce serait stupide. Bref. Si nous repartions sur de bonnes bases non ? Et oui, je l'avoue, jsuis pas journaliste. Mais cette profession a de quoi me séduire vous voyez ? Parfois, on ment un peu pour avoir l'air intéressant. Je suis faible par certains côtés, je l'avoue... Si je vous invite pour boire un thé, vous accepteriez ? Ou alors invitez moi chez vous... Les Skinner, un couple fort charmant cela dit, m'ont... disons... légèrement mis à la porte pour la soirée...

Tout le long de son discours, Megan ne put s'empêcher de rire, sa main devant son visage. Il fallait avouer qu'il était parfait pour sa profession, car, bien sûr, elle ne crût pas au "je ne suis pas journaliste". Curieux, très tenace, il devait avoir l'habitude de ne jamais baisser les bras. Surement aurait-il ce qu'il voudrait de Megan ? Non… Il aurait juste ce qu'elle accepterait de lui donner. Et là, il faudrait être patient, s'il voudrait en savoir plus sur son compte. Et c'est avec cet état d'esprit que Megan se leva. Elle resta un instant devant la porte, immobile, comme si elle se préparait à affronter quelque chose. Sa main effleura la poignée de porte et la saisit, ouvrant ainsi à nouveau la porte. Mine de rien, elle vérifia tout de même s'il avait bien rangé son calepin, comme il l'avait mentionné. Elle le regarda ensuite droit dans les yeux.

MEGAN - Cela ne m'étonne pas qu'ils vous aient mis à la porte, vous vous comportez comme une véritable fouine. Cela dit, l'idée de prendre un café avec un peu de compagnie n'est pas si déplaisante… dit-elle avec un air songeur.

Elle le dévisagea de la tête au pied. Il semblait avoir froid, alors qu'elle pouvait profiter de la chaleur de la cheminée. Comme je l'ai déjà dit, Megan a beau être casanière et parfois légèrement asociale, elle n'en est pas moins humaine. Ce Morgan avait une bonne tête, tout de même.

MEGAN - Je vous préviens, je me réserve le droit de ne répondre à aucune de vos questions si elles sont déplacées… Ou juste si je n'ai pas envie d'y répondre. Vous êtes journaliste, pas enquêteur.

Ah, il y a une belle nuance à ne pas oublier ! Un journaliste peut enquêter, mais il n'y pas toute cette notion d'officialité, d'obligation. Et Megan en profiterait. Sur ce, elle fit un léger signe de la tête pour inviter Morgan à rentrer. Sans l'attendre, elle se dirigea rapidement vers la cuisine pour mettre en route un café… Elle qui était une grande buveuse de café, on pouvait déjà en sentir l'odeur, qui était imprégnée dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Megan] Let me in   [Megan] Let me in Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[Megan] Let me in

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weepers Circus :: Lockerbie :: ♣ Le hameau ♣-